vol 194 - tentative d'aller en Suisse depuis Lesches

les vols, la météo, comment on a volé ou pourquoi on a pas volé.
Sam
Messages : 129
Inscription : mar. 9 févr. 2016 11:46

vol 194 - tentative d'aller en Suisse depuis Lesches

Message par Sam » mar. 21 août 2018 20:50

https://www.syride.com/fr/pilotes/sam_de_die/556572

Un vol, ça commence souvent le jour d'avant.
Avec l'analyse des prévis météo,le choix du lieu de décollage et de l'heure, la logistique pour se rendre au décollage, et aussi les coup de fils des potes qui étudient le parcours à essayer de réaliser .
Ce jeudi, j'avais repéré une situation météo moyenne mais sûrement exploitable pour voler depuis chez nous vers le nord. (j’ai vraiment envie de retourner en Suisse pour tester la nuit sûrement sympathique qui fera suite aux 2 premières expériences ).

J'avais vu un peu trop de vent de sud, et quelques orages isolés, mais on le sait tous, la prévision, ça reste de la prévision, et c'est pas sûr à 100%
Donc, par principe, j'avais décidé d'être positif et de tenter de partir en cross, en sachant qu'un cunimb, ça peut se contourner vu que c'est visible à 100 km ou plus , et que le vent de sud fort était surtout annoncé sur le début du parcours. L'important, c'est de jouer, (c'est pareil que le loto , chacun choisis de jouer ou pas...).
Les risques sont quand m^me pas très élevés. Au pire du pire, se poser et essuyer un orage pendant le retour à pied. ou vraiment la situation pourrie totale, serait de se faire prendre par du sud trop fort et poser en vrac sous le vent d'une arrête après avoir été reculé.
donc, j'ai un poncho pour me protéger de l'orage et je garde toujours une vallée sur un coté pour poser si je commence à scotcher face au vent.

Bref, pourquoi ne pas tenter de partir en cross ??
Bref, j'étais motivé !
Le matin du vol Théo devine et anticipe mes intentions : il me propose de m'emmener à lesches pour m'éviter toute galère de voiture !! MERCI !
Moustache complète en nous montant théo et moi + simon + michel + la chauffeuse Marie Thérèse...(il fait trop chaud en ce moment et je suis à mon poids d'été (trop léger) j'ai un gros sac à 19 kilos, trop dur de monter à pied) MERCI !!!

Bref, c'est bien parti !
Manu et Franck sont totalement démotivés, le matin au téléphone et au bar, ils m'annoncent que la journée va partir à l'orage que c'est trop ci ou pas assez ça...bref, ils sont pas motivés......
Quelqu'un demande où je compte aller , j'annonce "au moins Chambéry".
Manu n'y crois pas.
Tout le monde sais que je veux aller en Suisse !
il est 10 h . Il y a beaucoup de monde au déco de Lesches, dont les biplaceurs qui décollent et nous montrent que ça tient déjà.

ça monte bien et facile à lesches, mais pas très haut. je fais même pas 2200 et je pars .
Première transition, je cherche mes compagnons de vol. personne vers l'itinéraire cross faces Est du Vercors. Allumage de la radio, message, Manu répond que j'ai raté la discussion et les décisions et que ils vont sur les faces Ouest.
ok.
Finalement je vois une voile devant moi ! Simon ! cool !! le compagnon parfait ! il vole bien, super autonome, (tellement qu'il vole sans radio). ça me va super bien !
il galère au dessus de Bonneval
j'arrive et essaye de foncer cash sur toussière, la journée est instable, il y a des thermiques partout, ça devrait le faire.
Et hop, ça marche !, j'enroule avant toussière, puis sur toussière.
C'est assez difficile de se placer, le vent de sud est bien présent, mais les vautours par dizaines nous aident.

on part vent de cul sur le jocou, on trouve rien, on continue, assez bas, le vent de sud couche tout.
on se fait bien secouer mais on arrive à monter. être 2 , c'est mieux pour trouver les pompes.
c'est magnifique, j'aimerais bien faire une photo avec Simon et le mont Aiguille mais difficile de me placer.
20180816_122643.jpg
20180816_122643.jpg (1005.53 Kio) Consulté 203 fois
on arrive sur le serpaton bien bas.
je ne sais absolument pas de quel coté me placer.
pourtant je suis bas...
j'essaie de monter
ça secoue sévère, le syride enregistre 2.2 G (jamais il avait fait ça)
je me prend une grosse fermeture, cravate, rotation un quart de tour, la voile plonge, dur à contrer, ça ré-ouvre après que j'aie remis en vol droit, j'ai pas choisi, mais maintenant je suis du coté Est. finalement c'est là qu'il faut être...ouf...merci le coup de bol...
je ré-enroule, re-fermeture, re-cravate, re-début de rotation... fatiguant le quartier....
En fait, une toute petite cravate en bout d'aile, fait bien plus chier qu'une belle fermeture qui réduit ton allongement et te met bien moins en rotation...
j'arrive à monter, je pars direction un petit cum
20180816_120710.jpg
20180816_120710.jpg (359.3 Kio) Consulté 203 fois
me jette au pieds des 2 sœurs. c'est tout bizarre, il y a plein de nuages, avec des étages différents, je suis persuadé d'^tre sous le vent mais je ne sens pas cet effet sur l''aérologie.
un détour vers l’Ouest où c'est plein de nuages bien noirs me permet de monter.

ce détour marque presque à chaque fois mon point le plus au Nord Ouest dans le calcul de la distance max du jour ( 3 segments, c'est le réglement). donc, finalement, il faudrait le faire à chaque fois.

ça y est, je suis "sauvé"
merci les 2 sœurs
j'ai atteint l'altitude nécessaire pour prendre l'autoroute !!
m^me que je suis embêté par les nuages,
faut pas que je me fasse aspirer dedans, il y a des planeurs qui passent autour de moi.
ça se gère...
puis, c'est l'autoroute
assez facile, rapide...cool...curieux, y a personne..ils sont tous parti sur les plages ou quoi ??
pas une seule voile...
pourtant les conditions sont ok...
je vole contre les nuages
c'est magnifique
20180816_132143.jpg
20180816_132143.jpg (276.12 Kio) Consulté 203 fois
il y a 2 étages
les cumulus du plateau qui sont bien épais, base bien plate.
Et les cum des faces Est, moins réguliers, effilochés et penchés par le vent d'ouest.
les cum du plateau sont décalé aussi par le vent d'ouest
c'est beau ...
on voit bien que les 2 masses d'air ne se mélangent pas
(celle du plateau et celle des faces Est)

j’essaie de faire le plus gros plein possible pour passer sur la chartreuse
je pars à 2400.
normalement en partant à cette altitude, je mange la ZIT de Grenoble.
ce coup ci, je prévois de contourner par la gauche cette zone et d'aller me refaire sur le Néron.
le début de la transition est parfait.
la finesse est bonne, pas de taux de chute pourri, et une bonne vitesse
super !
ça va passer au dessus de la zit
20180816_135149.jpg
20180816_135149.jpg (180.73 Kio) Consulté 203 fois
j’infléchis ma trajectoire vers la droite traçant dans le ciel une belle parabole invisible....
je fais des photos, je mange pas, j'ai pas envie...
super transition, je raccroche au niveau du St eynard. personne...
j'ai vu 2 voiles au loin, personne n'est haut sur l'autoroute , ils sont tous dans les gencives des falaises, pa sun seul au dessus.
mais dans le massif, il y en a qui sont haut

je m'applique à monter.
ça marche, je prends des bons varios
il y a des nuages à bases bien noires sur le massif de la Chartreuse
je vais jusqu'à la dent de crolles pour essayer de profiter du dynamique du sud.
une Wild arrive des gencives , il a réussi à passer au dessus, il fonce sous les cums et ça passe large !
personne coté autoroute, plein de monde coté massif, j'ai jamais encore pris le massif, ça suffit, il ne me faut rien de plus ma décision est prise: aujourd’hui je passerais dans le massif. (1ère !)

ça marche bien.
une autoroute N°2 en quelques sorte...



je suis avec la Wild et une Niviuk.
on avance bien (enfin j'essaye de pas me faire distancer) .
arrivé au granier, je merde.
j’enroule du pas fort, mes acolytes montent plus vite que moi et se barre devant
je reste calme et assure un plein maximum.
(à raz le nuage!)
j’engage la transition à 2200m c'est pas haut... il est où mon regretté printemps où les plafond et les varios étaient généreux ,?
l'été est réputé stable dans les alpes du nord...
dans la transition, je ne mange pas (vous avez remarqué, j'ai encore rien mangé)
j’essaie de faire une belle ligne droite.
je m'applique.
tout en regardant le paysage
belle ligne droite pas trop mal réussie.
mes acolytes sont arrivés avant moi, et sont en galère.
normal à cet endroit...la savoyarde.
je me prépare à enrouler le premier truc que je sens
tac, le premier thermique me monte 600 m au dessus de la crête, je suis déjà parti de bien plus bas d'ici, ça va le faire !
je passe donc devant les 2 autres
thermique suivant ok,
pointe de la gallopaz,
la wild me rejoint, et monte super fort, je lâche mon thermique pour aller dans le sien mais merde grave et ne trouve que du vario faible...
bref, je merde...
la wild part sous des nuages dans un super créneau, la niviuk lui emboite le pas, ( on devrait dire lui emboite la trainée ??)
je suis à la traine...
bref, je m'en sors quand m^me et repars à leur poursuite.
20180816_162720.jpg
20180816_162720.jpg (168.68 Kio) Consulté 203 fois
et là, c'est l'instant Walt Disney....
le monde merveilleux des animaux de la forêt
un jeune aigle (magnifique), beau, arrive en piaillant sans arrêt
je l'entend bien avant de le voir
il appelle sa mère comme un enfant qui vient d'avoir une grosse grosse peur.
il me passe dessous majestueux, un plumage brun très foncé, avec 2 cocardes blanches, tel un avion de chasse de la 1ère guerre, l'engin taillé pour devenir le maitre des airs, le futur roi des animaux, fils du roi, déjà grand, lui, si fort, au moins 1,50 m d’envergure vient visiblement de se faire très peur. il arrête pas de piailler et fonce vers son parent que je vois enrouler un peu plus loin.
irréel...
si il savait...
si il savait comme moi je ne suis pas à ma place ici.
contrairement à lui...
si il savait comme j'ai eu peur tout à l'heure quand ma voile à cravaté et qu'elle fonçait vers le sol...comme les turbulences et le vent me malmènent...comme je doit prévoir à l'avance si je veux me poser quelque part...
Quand j'étais gosse je lisais Yakari , et je rêvais de pouvoir un jour approcher un aigle...
et bien à cet instant, ce jour là Le roi des animaux , était encore plus beau que d'habitude...
ar-volchristiancouloumy.jpg
ar-volchristiancouloumy.jpg (35.93 Kio) Consulté 203 fois
et nous avons bien de la chance d'arriver un peu à les imiter.

il y a peu de parapentes dans le ciel.
je me méfie
c'est signe que la journée est pas facile facile...
au loin, sur le massif des aravis, il n'y a pas de cumulus coté ouest
seulement des cum sur la partie haute chaine des aravis.
mauvais signe pour continuer après Annecy.
je décide de changer de route et de passer par la chaine à l'Est
ça faisait longtemps que je voulais tester cette route
je bifurque vers l'arcalod
réussi à me refaire de tout en bas, sous le regard de quelques chamois qui se foutent contrefoutent de moi. (feraient bien de parler un peu avec les chamois du glandasse, leur expliquer que c'est pas la peine de s'enfuir, les parapentes ne tirent pas au fusil)
je tire jusqu'au bout de la crête et me jette vers le déco de marlens qui vu les nuages noirs qui sont dessus devrait bien donner.
pendant la transition, j'admire le lac et la tournette, c'est un peu joli le coin.
20180816_170453.jpg
20180816_170453.jpg (339.84 Kio) Consulté 203 fois
20180816_170610.jpg
20180816_170610.jpg (449.52 Kio) Consulté 203 fois
sur la fin je me fais bien appuyer...
c'est m^me là, juste avant d'arriver sur le petit relief que je me fais appuyer le plus de tout le vol -5,4 m/s ....heureusement que je suis à 65 km/h...
je rage à chaque fois que ça m'arrive, tu file vent de cul vers un endroit ou ça ne peut que monter et pourtant même à 50 m du relief, ça dégueule encore à -3.5 ....dès fois je gueule dans cette situation, c'est des situation qui me font enrager
je vais passer les pires 20 minutes du vol.
avec le + gros vario négatif, le plus gros vario positif, la plus grande vitesse et aussi la plus faible.
je me retrouve scotché par la brise, et ça monte beaucoup moins que prévu...
je fais un petit tour du quartier pour rechercher un bon vario (positif)
complètement scotché dans une brise bien forte, qui me secoue doucement
mais c'est pas ça le problème...,
je suis pas bien... quelque chose ne va pas, je chope la gerbe...
je me raisonne, et essaie de na pas y penser
je vais pas bien, j'ai la gerbe
j'essaie de sortir d'ici
finalement, au bout de la cr^te , je chope quelque-chose... ouf ...enfin...
je suis toujours mal..
putain, je comprend enfin..
j'ai chaud,
depuis le début du vol j'ai trop chaud !!!
c'est pour ça que j'ai rien mangé...
comment n'ai je pas senti ça plus tôt..????
j'ouvre mes 2 coupes vents tout en enroulant...
puis le blouson,
puis le sweat
j'ai encore des couches dessous... je suis habillé pour monter à 4000
et je vole en dessous de 2000....
pouafff même tout ouvert, je vais encore mal...
#189 - '20180816_170504_jpg (Image JPEG, 4128 × 2322 pixels) - Redimensionnée (37%)' -.jpg
#189 - '20180816_170504_jpg (Image JPEG, 4128 × 2322 pixels) - Redimensionnée (37%)' -.jpg (390.69 Kio) Consulté 203 fois
heureusement la fin de la montée se fait en ligne droite sous des machins noir que je suis content de ne pas trop approcher, plutot de les fuir. ( je vois que la suite du parcours est clean).
ok, je reprend un peu mes esprit mais je garde un peu la gerbe...
la suite du parcours est disons toute tracée, c'est la chaines des aravis.
ça se passe plutôt bien sauf que je monte pas très vite.
je suis pas au top
par dessus ça, un vent de nord me contre par moment.
j'ai du mal à y croire.
mais, la plus grande manche à air du monde (sans doute) m'indique que le vent est bien Nord dans la vallée du lac Léman alors qu'il devrait être en brise, (sud)
je remercie les genevois de mettre en route chaque matin volable cette plus grande manche à air du monde. elle est à environ 42 km de moi (j'ai mesuré après sur la carte) et je la vois super bien. cette manche à air fait 140 m de haut environ...et c'est ....c'est ....

c'est .... le jet d'eau de Genève .
vous pouvez lire sur Wikipédia que la masse d'eau suspendue dans l'air est d'environ 7 tonnes et une goutte d'eau met 16 secondes depuis la sortie de la buse pour retomber dans le lac. et la goute d'eau est emportée par le vent !!!!!
donc panache à droite : brise ou vent de sud
panache à gauche : vent de nord !
et j'en ai parlé le lendemain avec un moniteur qui faisait des biplaces à Annecy ce jour, il m'a dit je cite : "il y avait du Nord Est pourri "
et moi je suis malade dans le nord Est pourri
mais c'est super beau...
je suis dans les cailloux, (les plafonds sont pas super hauts)et dans les pâturages, c'est beau
et ça avance pas trop mal.
j'arrive tout au bout, je reconnais le col des annes, la pointe percée, et son refuge..
là, c'est super beau !
des dalles inclinées, immenses, toutes percées de lapiaz, au couché du soleil, c'est super chouette...
je zone un peu par ici , en admirant le paysage (et en essayant de monter)
puis
je continue vers le criou...mais il est loin... et c'est bien mou les thermiques maintenant..il commence à etrte tard...
et puis surtout, j'ai plus trop la niaque...
et donc, quand la motivation n'est plus là...
on va pas tarder à se poser...
je tente de raccrocher sur les carroz..
ça marche pas...
il y a au sommet des bi qui arrivent à se maintenir . je les vois qui grattent.
je cherche un terrain posable.
il y a bien un truc là bas mais il a pas l'air trop bien..
mais bon y a rien de mieux. je prends le moins pire.
et j'y vois un mec qui plie au bord . c'est donc là l'attero ??
et bien leur atterro, c'est genre celui des biplaces de lans en Vercors mais en pire...
sous le vent, en pente dans le sens de la finale et surtout plein de thermiques qui arrivent de la vallée là où on doit approcher...
j'improvise une belle PTU.
bien réussi,
je suis pas mécontent. je dirais atterrissage 2 fois plus difficile que celui de Aurel. (en plus à Aurel si t'es trop long, t'as des arbres autour, ici c'est des maisons et des téléskis...)
les biplaces arrivent ils sont en PTS, (certains avec une oreille), ça va qu'on est tard le soir.. je sais vraiment pas comment ils font en journée...

j'ai pas réussi à me refaire ici, j'ai donc pas réussi à sauter sur le criou, j'ai donc pas été en suisse...j'ai donc pas droit à la super nuit... j'ai donc plus qu'à plier et improviser un retour !


Toujours et encore la motivation.
Le parapente, c'est tout dans la t^te !
le même jour, Chrigel fait un énorme triangle en suisse et se pose vers 21h45
Je voyais bien qu'il y avait encore des cums sur les aravis et sur la suite du parcours vers la suisse. mais, sur la fin du vol, j'étais pas à l'attaque, pas dans le coup...
j'ai jamais rejoint les cums, et j'ai pas assuré la dernière transition
bref, je me suis retrouvé posé par manque de combativité.

c'était un beau vol plein de belles images et émotions
à refaire !!!!!!!
---------------------------------------

le retour:
bus VW défoncé direct jusqu’à Annecy (des baba coool des Bauges qui rentraient chez eux après être venus jouer un spectacle pour la station)
nuit à la belle étoile (filante) au bord du lac à Sevrier (pas froid, je suis bien équipé, matelas mousse et sac de couchage)
stop jusqu’à Albertville
Car depuis Albertville (SNCF: 12 places restantes dans le car, 25 billets vendus...)(Super)
A Chambéry (j'y suis donc allé finalement !!) arrivée de mon car à 39, train suivant à 40, les trains au départ ne sont plus affichés en gare 2 minutes avant le départ (super super super)
Puis train Grenoble valence, et car pour die.
résultats, je paye le train, je courre entre les quais et j'arrive environ 2 heures plus tard que d'habitude quand je rentre en stop... (super)
il n'y a plus de doutes :
Vive le stop !!!!

Infos :
Plafond max: 2608m à 18h40
Temps de vol : 08h24
Distance : 194km
Distance cumulée : 308km
Vitesse max : 66km/h
Vitesse moyenne : 23.1km/h
Vario max : 7m/s
G max : 2.2g (en ligne droite)
Date du vol : 16/08/2018
Décollage : Lesches En Diois
Voile : Lynx BGD (super top !)

Sellette: Ozium 2 (donne un peu mal au cou quand on vole longtemps allongé, le fait de devoir forcer pour maintenir la tête droite)

trace : https://www.syride.com/fr/pilotes/sam_de_die/556572

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité